Ex Libris Umbra : le RPG dessous l'histoire de Harry Potter
Bonjour, cher invité !

Tu es ici parce que tu aimes l'univers de Harry Potter et que tu voudrais savoir savoir les coulisses de l'Histoire ?

Voici le contexte... Tu es pendant l'année scolaire 1991-1992...
Et si tu pouvais faire de de grands changements ? Que ferais-tu ?

Artisan de mon sort et de celui de plusieurs...
Où chacune de tes actions ont des conséquences sur toi et sur les autres joueurs.


Ex Libris Umbra, où tu suis les coulisses de l'Histoire...
Et où tu peux aussi la changer.

Merci de t'inscrire sur ce forum RolePlay convivial...
Et de laisser ta trace sur le Livre des Ombres.



 
AccueilPortail personnFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 2eme étage - Salle Morgan Freeman

Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 25
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: 2eme étage - Salle Morgan Freeman   Ven 14 Jan - 15:01

Comme Sarah le pensait, Ylda ne rata certainement pas le nom étrange avec lequel elle avait appelée Rutsuku. Elle ne connaissait pas ce nom, pour elle, c'était Askeladd, un point c'est tout. Ce n'était pas Rutsuku. C'était Askeladd, le gamin couvert de cendres. Mais elle ne put s'empêcher de poser la question quand même pour essayer de comprendre ce que c'était et Rutsuku répondit vivement que ce n'était qu'un pseudonyme entre eux. Ce n'était pas vrai cependant. Le vrai pseudonyme qu'elle donnait à Rutsuku, ce n'était pas son propre nom évidemment, c'était Mori. Lorsqu'ils s'étaient rencontrés, la jeune fille l'avait appelé ainsi parce qu'il portait les couleurs marrons et verts, ce qui rappelait un chemin en pleine forêt. Forêt, c'était Mori en japonais, c'était pour ça qu'elle l'appelait ainsi jusqu'à ce qu'il se décide enfin à lui dévoiler son nom. Ou plutôt, un des noms qu'il voulait bien qu'elle emprunte pour l'appeler autrement que par un sobriquet trouver uniquement grâce à son apparence. Mais même au niveau comportemental, elle trouvait que Mori, ça lui collait bien. Une forêt pouvait être quelque chose de tranquille et de paisible en plein jour avec le bruit des oiseaux, mais ça pouvait aussi être quelque chose de vraiment terrifiant avec les sons et la nuit tombée. Rutsuku avait trouvé ridicule aux premiers abords qu'elle le surnomme ainsi mais...

Finalement, il s'y était accoutumé et l'avait laissé faire. Maintenant toutefois, elle l'appelait par un nom qu'il lui avait demandé de choisir pour lui, lui donnant un grand privilège. Ylda ne savait cependant pas tout ça et ignorait aussi que Sarah connaissait le véritable nom de Rutsuku. Nom avec lequel elle ne l'avait jamais appelé puisqu'il lui avait dit que ce nom devait rester un secret des plus précieux. Passant outre cet incident, Ylda annonça que de toute façon, pour elle, il resterait toujours Askeladd. De toute façon, elle avait déjà eu l'expérience de ce genre de comportement puisque Caradoc était comme Rutsuku, bien qu'il ne l'eu pas connu. Ce sujet clos, un autre vint sur la planche ; Rutsuku ne fut pas surprit vraiment d'entendre Sarah dire convenablement le nom de son grand-père d'adoption, bien qu'il ne s'empêcha pas de faire une remarque sarcastique en disant qu'il pensait devoir lui donner un cours particulier pour lui apprendre à prononcer le prénom d'Amerawrdr. Sarah se contenta de sourire en haussant les épaules mais Ylda ne le prit pas si gentiment puisqu'elle lui donna un coup relativement faible sur la tête. Par la suite, reprenant son calme, elle sourit en disant à Sarah qu'elle était convaincu que son petit Empereur serait heureux de la rencontrer. Ravie, Sarah ne put s'empêcher de conserver un sourire radieux en l'entendant. Elle avait bien hâte.

Mais Samedi lui semblait loin.

Rutsuku avait remarqué la fatigue de la Serdaigle, si bien qu'il entreprit d'annoncer le départ. Une petite discussion s'ensuivit mais sans plus, bien que Rutsuku se fit encore rabaisser un peu concernant son âge par exemple. Sarah avait faim, parlant de la nourriture lorsque Rutsuku demanda à Ylda si elle avait mangé, ça lui rappela qu'elle n'avait pas manger ce soir-là et donc, rien avalé depuis midi. Le Serpentard tenta à nouveau de lui faire comprendre de lui envoyer un hibou en cas de soucis mais Ylda refusa en disant que ça l'encouragerait à enfreindre le règlement de Poudlard. Mais Rutsuku eu une réponse toute faite pour lui rétorquer qu'elle ne respectait pas davantage les règlements. Ylda sembla honteuse un instant mais elle effaça ce sentiment en allant prendre le Cinquième Année dans ses bras pour le remercier de sa venue. Visiblement, ça lui faisait plaisir. Sarah sourit doucement tandis que Rutusku faisait un maigre effort pour rendre l'étreinte. Ylda vint également serrer Sarah dans ses bras avant de leur dire qu'elle les attendait Samedi sans faute pour midi. Sarah hocha vivement de la tête, bien déterminée à venir à l'heure pile ! Ils sortirent ensemble de la salle et Rutsuku lui demanda s'il la trouvait assez spéciale. Sarah leva son regard vers lui et détecta un sourire. Heureuse et comblée, elle prit vivement sa main dans la sienne.

- Très spéciale ! Mais je la trouve adorable et vraiment amusante.

L'adolescente semblait rayonnante, sans doute que de rencontrer d'autres gens qui étaient susceptibles de l'accepter comme elle était elle, lui donnait le sourire. Cependant, Sarah ne pouvait pas cacher qu'elle était un peu fatiguée mais surtout qu'elle avait très faim. Maintenant, ils allaient pouvoir partir de Sainte-Mangouste mais Sarah ne savait pas ce que Rutsuku avait en tête maintenant. Elle ignorait qu'il comptait carrément l'amener dans un restaurant pour lui permettre de manger ou quelque chose dans le genre, avant de rentrer à Poudlard où ils allaient certainement se faire taper sur les doigts. Sarah devait quand même avouer être un peu nerveuse mais elle ne voulait pas non plus que Rutsuku prenne tout alors qu'à la base, l'idée fut la sienne. Oui Rutsuku avait eu envie de le faire à la base mais c'était quand même elle qui l'avait poussé à l'amener avec lui. Alors elle avait une part dans la faute. Elle ne supporterait pas qu'il prenne tout et même s'il le faisait devant elle, Sarah irait voir le professeur qui les aurait chopé pour s'expliquer et dire qu'elle méritait aussi une punition. Mais là pour le moment, autre chose préoccupait Sarah alors qu'ils sortaient de l'hôpital pour sorciers. Rutsuku n'avait pas répondu devant Ylda peut-être par fierté, mais Sarah voulait une réponse, même si c'était évidemment douloureux, elle voulait savoir si ça allait un peu mieux.

- Ça va tes côtes ? fit-elle avec un petit sourire mais un regard inquiet quand même.
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumactif.us/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 30
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: 2eme étage - Salle Morgan Freeman   Ven 14 Jan - 22:47

Maintenant qu'ils avaient quitté la chambre 215, les deux étudiants allaient enfin pouvoir quitter cet hôpital qui, malgré tout, pouvait donner une certaine chair de poule. Il manquerait plus que les murs deviennent des lambeaux de peau et dégoulinant de sang et de rouilles. D'un autre côté, cela perturbait Rutsuku de laisser sa grand-mère de coeur dans un endroit pareil et seule. Non, Ylda pouvait très bien se défendre seule, mais au niveau psychologique, c'était très dur. Être seule dans un endroit pareil, avec quasiment que pour seule compagnie un patient complètement endormi à cause d'une hospitalisation. Un peu plus et il aurait voulu rester en ce lieu. Mais il connaissait bien Blue-Eyes. Il était persuadé qu'elle allait encore le torturer pour qu'il retourne à Poudlard... Maintenant qu'elle savait qu'il n'était encore qu'un simple étudiant et non pas un adulte responsable.

Tant pis... le Serpentard écrirait quelque chose demain pour que Hrist lui rapporte rapidement. Cette fois, il allait beaucoup sollicité le rapace. Peut-être que ça lui plairait... Peut-être pas... Bien qu'il appréçiait l'oiseau, il ne pouvait pas vraiment se mettre dans sa tête pour vraiment savoir si la femelle supporter de faire de nombreux aller-retours... Surtout pour des humains et une pâle copie. Le volatile avait tout de même sa fierté et n'acceptait pas grand monde autour d'elle. Seul lui et Sarah l'étaient. Pour le vieux couple, l'ancien chien de guerre ne le savait pas...

"Très spéciale ! Mais je la trouve adorable et vraiment amusante."

Cependant, et contrairement à d'habitude, le clone accepta clairement la main de l'Albinos dans la sienne. Il n'avait pas le droit de lui refuser cela. Surtout, elle venait de l'accompagner voir des personne qu'elle ne connaissait guère, d'enfreindre des règlements, risquait gros pour être partie avec lui. Puis, il devait se l'avouer, ce n'était pas désagréable. Ainsi, il avait la Quatrième Année plus près de lui et sans qu'il n'ait eu à faire le premier pas. Il tourna son regard vers elle et il fut satisfait intérieurement. Elle souriait d'un de ses plus beaux sourires qu'elle n'eut fait depuis qu'il la connaissait. Sans comptait qu'elle était radieuse et lumineuse.

Comme cette pleine lune qu'ils avaient admiré lors du bal de clôture du Carnaval.

Sentant qu'il ne répondait pas assez vite, l'ancien mercenaire se rattrapa alors :

"Ce serait pas mal qu'elle se calme un peu dans ses pétages de câbles... Mais bon, Amerawrdr et Zweig n'ont pas pu la changer. Je ne vois pas comment je pourrai le faire."

Au moins, il était logique dans ses propos. Puis, au fond, le Diable du Carnage ne voulait pas la changer. Elle avait toujours été d'un tempérament vif et enflammé, même déjà lorsqu'ils avaient adopté Caradoc. Le nombre de fois qu'elle avait fait fuir des gamins qui essayaient de martyriser son fils adoptif. Et la fois où elle avait cassé le nez de ce général moldu. Sans compter le jour où elle avait pendu ce gamin dont elle aidait dans ses cours par les pieds , parce qu'il avait dit un propos insultant à son encontre. Valait mieux pas la changer, le corps cassé et mutilé de l'adolescent ne supporterait pas toutes les tortures de la quinqagénaire.

Cependant, l'élève le plus misanthrope de toute l'Ecole de Sorcellerie sentit un regard d'inquiétude sur lui. Tiens, Sarah qui s'inquiétait à son sujet. Lequel ? Maintenant, il était tellement habitué avec la Quatrième Année qu'il savait dire quand elle lui lançait un regard d'empathie ; bien qu'il considérait ça toujours comme de la pitié. Peut-être à force d'être avec elle, chaque jour quasiment, qui lui donnait cette expérience... Et cela, sans utiliser son pouvoir qui ne marchait pas avec elle.

"Ça va tes côtes ?"
"Ca ne fait plus aussi mal qu'avant... Puis, la douleur, je m'en fiche complètement.
Je t'ai suffisament répété cela, non ?"


Bien évidemment, Rutsuku n'avait pu s'empêcher de lancer cette remarque. Combien de fois l'avait-il dit et répété ? Trop de fois qu'il ne s'en souvenait plus. Après tout, avec un bras gauche qui le faisait souffrir énormément, à cause des nerfs estroffiés, sans aucune capacité de guérisons, on ne devait que savoir vivre avec... On ne pouvait pas lutter contre ça... Simplement se faire plus résistant pour oublier ou atténuer la douleur. Certaines choses ne pouvaient pas être réparé. Il avait bien comprit que la Serdaigle n'arrivait pas encore à le comprendre. Mais, si elle restait avec elle, elle le saurait tôt ou tard, même si ça serait dur pour elle de l'admettre.

Cependant, l'Humoculus sentait, au fond de lui, que sa protégée voulait lui poser des questions... Et énormément de questions. Il allait bien en répondre à certaines, mais pas à toutes. Il ne fallait tout de même pas croire que le Père Noël était arrivé en avance ; ou en retard, au choix. Cependant, lui aussi en avait une :

"Je suis sûr que tu as des questions à me poser, mais avant, j'en ai une aussi pour toi."

Cette fois, le Serpentard était sérieux et son visage traduisait vraiment le ton qu'il venait de prendre. Après tout, il était toujours froid et distant, et même s'il l'était moins avec Sarah et les Dearborn, il arbhorrait constamment ce masque. Avec sa voix froide, cassante et baryton, il n'y avait aucun doute possible sur ce qu'il comptait faire. Lancer un savon à Sarah pour les deux mensonges qui s'étaient écroulés devant Ylda, se dirait l'adolescente. Non, sur ce point, il n'en avait pas le droit... Après tout, ça devait bien arriver un jour ou l'autre.

"Où tu veux manger ?"

Oh la belle chute ! Mais au moins, il prouvait qu'il ne laisserait pas affamé Sarah avant de retourner à Poudlard.
Au même moment, ils avaient franchit le pallier qui séparait l'Hôpital Sainte Mangouste et Londres.
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 25
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: 2eme étage - Salle Morgan Freeman   Ven 21 Jan - 1:21

Si Sarah trouvait Ylda simplement spéciale, Rutsuku estimait qu'elle pétait trop souvent des câbles et qu'il serait bien qu'elle se calme un peu sur ce genre de choses. Cependant, il ne voyait pas comment lui pourrait la changer alors que deux autres personnes n'avaient sut le faire. Ni Amerawrdr, ni Zweig. Zweig ? Trop de noms bizarres dans tous ça, Sarah ne savait plus trop qui était qui, mais elle ne posa pas même la question. Elle le trouvait quand même assez négatif. Personne ne pouvait savoir l'impact qu'il aurait dans la vie de quelqu'un. Peut-être qu'il ne le savait pas mais que sa présence avait déjà énormément changée les Dearborn, Ylda en premier. Après tout, elle avait semblée si heureuse en le voyant. Mais dans un sens, peut-être que Ylda ne serait plus Ylda si elle venait à devenir un ange innocent qui ne bondissait jamais. Non, certaines personnes étaient bien comme elles étaient. Ylda était très bien ainsi. Alors qu'ils partaient, Sarah se disait qu'elle aurait bien voulu que Samedi arrive le lendemain, mais il était encore bien tôt. Elle allait devoir attendre mais comme on le disait si souvent, c'est en attendant longtemps qu'on appréciait davantage ce dont pourquoi on attendait.

Tandis qu'ils marchaient, Sarah avait eu le cran, encore une fois, de lui demander s'il souffrait encore au niveau de ses côtes. Rutsuku lui avait maintes et maintes fois répétés qu'il se fichait de la douleur qu'il pouvait bien ressentir. Lorsqu'il lui répondit ça, bien qu'il confirma que ce n'était pas encore la mort, Sarah leva les yeux vers le ciel. Réponse purement physique démontrant qu'il était lourd à toujours insister là-dessus : oui elle ne le lâchait pas lorsqu'il souffrait et elle voulait s'assurer que ça allait, peu importe si lui s'en fichait, pour elle, c'était important de savoir s'il se portait bien ! Elle ne voulait pas qu'il souffre et il était temps qu'il le prenne en conscience. Bien que la remarque se voulu sans doute lancée comme étant une sorte de réprimande, Rutsuku ne fut pas spécialement méchant dans le ton de sa voix. Sarah ne répondit cependant pas en estimant qu'un jour, il finirait par comprendre. Tandis qu'ils marchaient toujours main dans la main, il finit par dire qu'il avait une question pour elle, même si elle avait sûrement des tas de questions pour lui. Ah bon ? Enfin, oui, Ylda lui avait dit bien des choses qui restaient sans réponses. Mais Rutsuku voulait, quant à lui, savoir où elle voulait aller manger.

- Je ne sais pas mais... J'aimerais manger italien !

Elle ne connaissait pas beaucoup les restaurants de Londres. Après tout, elle ne sortait pas énormément avec ses parents, son père étant tout le temps absent pour ses petits boulots un peu trop dangereux et longs, et sa mère devant impérativement s'occuper des affaires de la famille avec le bureau dans lequel ils vivaient - en fait leur maison-appartement était au-dessus du bureau dans lequel son père recevait ses clients et donc ses contrats. Sarah ne pouvait donc pas donner assurément un nom de restaurant mais elle pouvait au moins donner ce qu'elle avait vraiment envie de manger. Elle se demanda d'ailleurs quel genre de cuisine Ylda faisait. Etait-ce quelque chose du terroir ? Plutôt provencal ? Ou quelque chose de son cru avec une pointe de son originalité ? Sarah s'imaginait des plats assez extravagants mais fini par abandonner en se disant qu'elle verrait bien une fois sur place. Maintenant, elle avait envie de bonnes pâtes avec du gratin de fromage dessus et une sauce délicieuse. Elle aimait beaucoup manger italien. Sans doute qu'elle avait hérité ce goût de son père qui était bien friand des mets de ce pays. Pâtes, pizza, tout y passait. Fritata aussi, ce n'était pas quelque chose de mauvais.

- Ça ne te gêne pas au moins.. ?

Sarah avait quand même cru comprendre qu'il n'aimait pas les plats préparés. Le malaise face au buffet du soir du carnaval ou encore le dédain ressentit face aux mets apportés par Hrist le jour où ils avaient passés la soirée dans la Salle sur Demande lui avaient donnés quelques indices à ce sujet. C'est pourquoi elle espérait franchement que ça ne le gênerait pas. Elle ne voulait pas non plus qu'il fasse un malaise ou qu'il ne se sente pas bien seulement parce qu'elle avait faim. Le thé aux fleurs de cerisier avait suffit à lui caler un peu l'estomac en mettant quelque chose dedans, même si ce n'était pas aussi consistant que de la nourriture. Elle avait faim certes mais elle ne voulait pas le mettre mal juste pour son propre bien-être. Et elle ne voudrait pas non plus qu'il attende dehors sous prétexte qu'il ne supportait pas l'odeur de la nourriture préparée. Ils marchaient toujours et lorsque Sarah voyait un passant aux allures sombres, elle se méfiant en se rapprochant davantage de Rutsuku. Elle n'aimait pas les gens qui mendiaient dans les rues. Ils lui donnaient un sentiment de pitié impuissante assez désagréable et préférait les éviter. Surtout lorsqu'ils demandaient des petites pièces...
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumactif.us/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 30
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: 2eme étage - Salle Morgan Freeman   Ven 21 Jan - 15:23

Quand elle annonça qu'elle voulait manger italien, Rutsuku ne fit que hôcher la tête. Tiens, ça lui rappelait ces deux semaines qu'il avait passé dans l'école d'Italie, Aradia Domina Ludi, et il avait été viré lorsqu'il avait blessé mortellement le directeur de l'époque. D'ailleurs, ce dernier était soi-disant mort de ses blessures. Donc, il avait été tué par le Diable du Carnage. Ah ! Ca leur fera une belle jambe en moins ! D'ailleurs, il n'avait même pas supporter ce voyage de deux semaines en Italie. Peut-être que ça lui faisait penser intérieurement au lieu où il était né... Mais surtout, c'était cette présence qui l'énervait plus que tout... Il n'avait pas arrêté de la sentir dans cette fichue école de sorcellerie qui lui avait fait pété les plombs...
Quelle serait la surprise de la Serdaigle si elle savait qu'il était né dans le plus petit état du monde, entouré par l'Italie... Qu'il était, par extention, italien aussi...

"Ça ne te gêne pas au moins... ?"
"Si ça me gênait, on serait rentré directement à Poudlard."

Réponse cinglante, mais qui était la vérité. Si ça le dérangeait tant que ça, non seulement il n'aurait pas invité Sarah au restaurant, mais en plus, ils auraient directement emprunté la cheminée de Sainte Mangouste pour rentrer à l'école de Sorcellerie Anglaise. Même s'il avait comprit qu'elle avait saisi qu'il ne supportait pas la nourriture préparé... Il pouvait quand même faire cet effort de supporter cette bouffe pendant qu'elle se rassasiait. Par contre, qu'elle ne lui demande pas de manger quelque chose, il ne pourrait pas le supporter ! Il l'accompagnerait dans le restaurant, la regarderait manger tout en discutant, paierait l'addition... Mais c'est tout ! Il n'avalerait rien ! Il se débrouillera de voler quelque chose à la cuisine de l'école.

Cependant, l’ancien chien de guerre fut surprit lorsqu’il sentit que l’adolescente s’était rapprochée de lui. Presque comme si elle avait peur, et qu’en se collant littéralement contre lui était un moyen comme un autre… Non, elle avait peur de quelque chose… Et lorsqu’il vit plus loin un clochard dans un état plus que lamentable, demandant toujours des petites pièces, tout en sachant pertinemment qu’il n’en n’aurait pas, il se mit à soupirer. Pourtant, l’Albinos ne l’avait pas jugé quand ils s’étaient rencontré la première fois. Du coup, il avait du mal à comprendre sa crainte.
Sans doute parce que, des fois, pour son travail illégal, l’ex-mercenaire s’informait auprès des sans-abris. Ces derniers avaient parfois des informations précieuses pour ses missions, mais aussi sur cette ville. Certains s’étaient accomodés et faisaient payés assez cher leur information… Cependant, plus elle était importante, plus elle avait de la valeur.

Cela là venait tout juste d’arriver à Londres. Un qui venait des pays de l’Est espérant trouver gloire et fortune… voire un travail au minimum. Cependant, une médaille militaire délavée prouva la nationalité du mendiant. Il poussa de nouveau un soupire… Vraiment, même quand il était avec Sarah, il fallait encore qu’il soit Hraesvelg
Fichu pouvoir éprouvant qui lui faisait ressentir en plus le désespoir de ce gars... Bon sang ! Autant avec Ylda, Amerawrdr, Rogue, Pandora et Sarah, ça allait... Mais avec les autres... C'était difficile de garder son calme.
Il allait lui apprendre comment se débrouiller pour gagner plus d’argent… Et surtout en travaillant, pas en demandant la charité. Après tout, aide-toi et le ciel t’aidera…

L’adolescent serra davantage la main de l’Albinos, pour la rassurer davantage. Puis, il s’approcha du sans-abris étranger. Enfin, le clone fit en un russe parfait :

"Tu ne connaîtrais pas un bon restaurant italien ?"

L'homme redressa sa tête, comme piquée de curiosité. Pour la première fois depuis tellement longtemps, il entendait quelqu'un qui parlait sa langue. Plus besoin à essayer de baraguiner en Anglais pour se faire comprendre. Plus besoin à rechercher ses mots pour parler... Cependant, il savait que, au vu de la gamine que cet homme ne prendrait pas beaucoup de temps à discuter avec lui. Mieux valait lui dire ce qu'il attendait :

"A Oxford Street. Tout droit et, à la grande rue, en tournant à droite, c'est à cinq minutes."
"Ok... Tu m'as l'air de connaître ce quartier comme ta poche. Au lieu de perdre ton temps à faire la manche, repère ceux qui sont perdus pour les guider. Tu gagneras plus d'argent. Beaucoup ne prenne plus le temps de conseiller ou de diriger les touristes ou les inconnus.
Ah oui..."


Avec son bras gauche et assez lentement ; fichus nerfs bouzillés ; il sortit un portefeuille noir rapiécé de toute part, déchiré avec quelques traces de brûlures. Cela se voyait directement que l'objet traversait les âges et vieillissait peu à peu. Malgré tout, il remplissait encore son rôle de porte-document et de porte-monnaie. C'était le même qu'avait vu Sarah lorsqu'elle lui avait choisi son nom. Sauf qu'il était moins remplit. Après tout, il avait brûlé plus d'une vingtaine de pièces identités qui ne servaient plus à rien. Cependant, lorsqu'il l'ouvrit pour prendre un billet de dix livres sterling, l'Albinos avait pu voir pendant ce temps une étrange photo, protégée dans le porte-feuille.

C'était une vieille photo moldue extrêmement abimée ; puisque les personnages ne bougeaient pas. Trois personnes y figuraient - deux adultes et un enfant. Ils étaient vers les Géoglyphes mystérieuses de Nazca... Un lieu que devait maintenant connaître la Serdaigle. Cependant, elle pouvait aussi remarquer un détail...
Le plus jeune était celui dont elle tenait le bras, avec une dizaine d'année de moins... D'ailleurs, un des deux adultes, celui aux cheveux sombres sur la photo, frottait la tête du gamin, sous le regard amusé et bienveillant du deuxième, aux cheveux bien plus clairs et avec une cicatrice imposante vers le sourcil gauche. le môme, lui, faisait une grimace, tout en sommant quelque chose à celui qui l'embêtait... sans doute d'arrêter.

"Garde la monnaie."

L'adolescent avait donné le billet de dix livres au Russe, avant de ranger assez rapidement, tout en grimaçant de douleur, le porte-feuille usagé. Que le mandiant n'essaye pas de demander plus, il allait repartir bredouille. Puis, le Serpentard prit cette fois l'épaule de Sarah, pour la coller contre lui, tel un geste de protection. Enfin, ils quittèrent la compagnie du clochard. Heureusement que ce dernier ne les suivait pas, trop préoccupé par son billet rose.

Bien évidemment, l'Humoculus sentait qu'il allait être bombardé de question en chemin... Par exemple, sur la photo... Quelle langue il avait parlé... Comment il l'avait apprise etc. D'accord, il devait avouer que l'Albinos ne posait pas vraiment de questions... Mais il sentait que, cette fois, ça serait le cas... Tant pis, il devra répondre... Cependant, il prit la parole pour préciser leur destination :

"On continue tout droit, puis à la grande rue, on tourne à droite. On verra ensuite un restaurant italien après cinq bonnes minutes de marche."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2eme étage - Salle Morgan Freeman   

Revenir en haut Aller en bas
 
2eme étage - Salle Morgan Freeman
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Libris Umbra : le RPG dessous l'histoire de Harry Potter :: En dehors de Poudlard :: Sainte-Mangouste-
Sauter vers: