Ex Libris Umbra : le RPG dessous l'histoire de Harry Potter
Bonjour, cher invité !

Tu es ici parce que tu aimes l'univers de Harry Potter et que tu voudrais savoir savoir les coulisses de l'Histoire ?

Voici le contexte... Tu es pendant l'année scolaire 1991-1992...
Et si tu pouvais faire de de grands changements ? Que ferais-tu ?

Artisan de mon sort et de celui de plusieurs...
Où chacune de tes actions ont des conséquences sur toi et sur les autres joueurs.


Ex Libris Umbra, où tu suis les coulisses de l'Histoire...
Et où tu peux aussi la changer.

Merci de t'inscrire sur ce forum RolePlay convivial...
Et de laisser ta trace sur le Livre des Ombres.



 
AccueilPortail personnFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un Refuge Ailé [Privé]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 30
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Ven 13 Aoû - 15:30

Sarah considérait que Rutsuku devait cracher son venin longtemps retenu... D'accord, il s'était retenu lorsqu'il essayait de se faire passer pour quelqu'un d'autre. Mais, de la manière dont il s'exprimait, actuellement, était celle naturelle. Il était blessant et cynique de nature. Chasser le naturel, et celui-ci revient au galop ! Ah, ça n'aurait pas mieux marché que maintenant. Tant pis s'il allait pousser cette Serdaigle dans la déprime. Mais, que pouvait-il faire ? Il n'en était rien... S'il pouvait éviter les autres de se rapprocher de lui... Ca serait une bonne chose de faite.

Il ne méritait aucune chaleur ou un quelconque réconfort... Pas après ce péché impardonnable qu'il avait commis...
Pas après d'avoir tué son père...

"Baka… ça doit bien faire quatre jours qu'on ne s'est pas vu…"
"Pour que les côtes guérissent, il faut plus d'un mois, tête de linotte."

Si elle voulait jouer à qui avait raison, il allait jouer à cela, sur des points tellement techniques qu'elle allait bien être larguée un moment où à un autre. Deux secondes... Le Serpentard...
Le Serpentard tentait de jouer avec elle, même si c'était par un jeu complètement débile ?

Pourtant, plus le temps passait, et plus il prenait la parole, plus l'Albinos était envahie par la colère. Bien évidemment, il fallait s'en douter. Le clone savait très bien que ses paroles allaient être prises de travers, comme toujours. De plus, il arrivait mieux à se faire comprendre en ne disant aucun mot. Que fallait-il faire alors ? Ne plus prendre du tout la parole, même quand les autres lui posaient une question pertinente ? Mais après, ça serait de nouveau comme le début de cette rencontre... Une qui parle pour ne quasiment rien dire, et l'autre qui gardait le silence... Tss... Il était bien incapable de leur faire comprendre cela.
De la même manière dont il était incapable de remercier quelqu'un, ou même de demander pardon...

La Quatrième Année ne voyait vraiment pas ce qu'il voulait dire... C'en était blessant... Le problème ne venait pas de lui... Malgré ses grandes difficultés, il essayait tout de même de comprendre le point de vue de Sarah... Il essayait de comprendre sa logique, son résonnement. Mais elle... Elle ne semblait faire aucun effort, et restait fixement dans son état d'esprit. Et l'histoire de Hrist ? Etait-ce pour du flan s'il l'avait raconté ? L'adolescente l'avait bien surpris en lui disant qu'il recherchait peut-être une personne qui le comprenait... Elle avait été sur la bonne voix.
Mais maintenant, elle n'était rien de plus que prisonnière de sa propre rancoeur envers lui.

Cela en était navrant...
A t'elle point qu'elle lui somma de la fermer.
L'Humoculus avait décidé de respecter cela... Il était curieux de savoir ce qu'elle allait ajouter.
Et il en fut bien déçu...

Sarah le disputait, comme une mère le ferait pour son enfant. N'ayant eu aucune mère, il n'arrivait pas à comprendre cela. Elle lui affirmait qu'il était agréable avant que son masque tombe... Réctification, ses gestes faisaient du gros n'importe quoi, sans que lui, intérieurement, soit d'accord. Elle lui posait ensuite la question pourquoi un tel écart d'attitude ? Ah, si elle savait... Mais non, elle ne pourrait jamais deviner ce que lui, il subissait... Cependant, ensuite, elle avait raison. La vie n'avait pas été tendre avec lui, mais il n'emmerdait pas les autres à cause de cela... Il ne voulait même pas partager son passé avec les autres, parce qu'ils seraient incapables de comprendre, mais aussi parce que le passé était passé, et qu'il était impossible de le changer. Il crachait sur les autres et, en même temps, il crachait sur lui-même... Comment prendre cela ? Cela, l'ancien mercenaire se le demandait bien... Mais, en aucun cas, il était gentil envers les autres... Il tentait d'être lui-même en toutes circonstances... Un être froid, enigmatique, cruel, dangereux, perfide, et menteur. Et oui, il était un menteur... mais certainement pas comme elle l'affirmait en toute ignorance !

Comme si la dernière fois ne suffisait pas, voilà qu'elle lui redonna une autre gifle. Le visage du Cinquième Année était maintenant tourné vers sa droite. La rage fulminait en lui... Il avait envie de lui faire regretter son geste, de la trucider sur le champ, comme pour la dernière fois. Pourtant, il ne devait rien faire... Il s'était mordu le coin des lèvres, pour justement apaiser ses pulsions destructrices...
Mais il ne s'était pas empêché de la regarder de travers, avec cette lueur de sauvagerie dans ses yeux.

Alors qu'il tentait plus que tout de se calmer, avec énormément de difficulté, elle s'éloigna de lui. oui, c'était mieux... Il fallait qu'elle parte le plus rapidement possible... Il aurait du mal à se retenir davantage. Quand on se faisait frapper sur un champ de bataille, il fallait toujours répliquer au quart de tour, et tuer la personne qui avait osé cela.

Juste avant de partir, elle osa ajouter :

"Et je ne suis pas une princesse emmerdeuse !"

Si, elle l'était ! La Serdaigle l'était pour lui !

Finalement, elle était partie en trombe. Rutsuku put soupirer quelques instants, pour se calmer... Mais cela ne marchait pas. De colère envers lui-même, il fit entre ses dents :

"T'as pas encore pigé que je ne supportais pas quand on me touche ou me frôle ? T'as pas encore pigé que je pouvais tuer n'importe qui si je perds les pédales ? T'as pas encore pigé que je n'ai aucun remors à blesser, à tuer et même à mépriser les autres ?"

Toujours noir de rancoeur envers lui-même, Rutsuku prit son couteau de guerre de la main gauche et s'enfonça la lame dans sa main droite. une fois encore, il se mutilait. Mais, il n'y avait que cela qui pouvait le calmer, calmer ses pulsions dangereuses pour le reste de Poudlard. Il n'avait pas envie de quitter cette école, uniquement par promesse... Il ne voulait pas la quitter, simplement parce qu'il avait promi à son père de finir sa scolarité à Poudlard...

Pourtant, lorsqu'il rangea son arme, de nouveau calme, il remarqua que... Rapidement, il quitta la volière en courrant. Il devait vite rattraper cette fichue casse pied.

Lorsqu'il la revit, c'était en bas de la tour, couverte de boue et d'écorchures... bah tiens, elle était tombée des escaliers... Vraiment, elle n'était pas douée...

"Papa avait la force… maman avait le courage… mais moi je n'ai rien…"
"Tu as surtout une tenacité hors norme qui irrite pas mal de monde..."

Intérieurement, le Diable du Carnage pestait envers lui-même. Il voulait faire un compliment, et il sortait toujours une vacherie à la fin. Cependant, cette fois, il le savait. Il était allé trop loin... Et c'était ce qu'il fallait faire. Il ne voulait pas que son pire cauchemar se reproduise, à nouveau. Une peur constante, qui se transformait peu à peu en paranaoïa, mais aussi en monstre dans son cas. Il abandonnait petit à petit ce qui faisait de lui un individu quelque peu humain... Uniquement pour...

Elle serait surprise qu'il soit présent, juste derrière elle. Il ne voulait pas la poursuivre, mais, une fois encore, ses gestes n'écoutaient pas ses pensées. En même temps, il voulait tout de même récupérer sa veste que Sarah avait toujours sur ses épaules. Non pas qu'il avait un certain attachement pour ce bout de tissu... Mais il y avait plusieures chose dans la doublure qu'il ne voulait pas laisser entre les mains de quiconque. C'était quasiment les seuls objets dont il avait un sentiment particulier, et qu'il était bien incapable de le décrire...

Du coup, il avait descendu les escaliers trempés, trois à trois, tout en se maintenant sur le mur en pierre avec sa main gauche pour éviter de tomber.

"Est-ce si compliqué que ça à comprendre que je ne pas vivre avec vous ? Mais, bien évidemment, ce n'est pas possible... Vous êtes tous tellement ignorants et dénués d'imaginations que vous l'ouvrez avant même de rechercher un fond de vérité ! C'est bien ça qui me débèque chez vous tous !"

Le Serpentard s'approcha d'elle, mais ne se mit pas en face. Il était derrière cette gamine chieuse, légèrement penché vers elle.
Il la protégeait de la pluie...

"Je me fiche complètement si quelqu'un veut m'aider en quoique ce soit. Je gère mes problèmes seul depuis toujours et j'en suis fier. C'est la seule chose en quoi je suis fier, alors qu'au fond de moi...
Je vomis de dégoût envers moi-même... Et certainement pas pour les raisons que tu as dites !"


Maintenant que le clone était lancé... Autant continuer. Mais hors de question de trop en révéler...

"Je ne suis qu'une ombre... une ombre hideuse qui ne mérite aucun égard de la part de quiconque..."

Il avait cette fois la tête blessée, et ses yeux fermés cachés par sa longue frange. Pourtant, il continuait à protéger cette gamine de la pluie, avec son dos meurtri et mutilé. Intérieurement, il était enragé contre lui-même... Autant il ne cachait pas sa haine qu'il avait envers sa propre personne, Rutsuku venait de clairement avouer que personne ne pouvait l'aider... parce qu'il ne méritait aucunement cette aide.

Mais, les raisons pour lesquelles il pensait cela... Il comptait bien les garder en lui... C'était déjà assez difficile de révéler ce fait à quelqu'un.

Soudainement, il prit une longue et profonde respiration, histoire de se calmer. Il n'avait pas le temps de rester ici, à se lamenter. Si il avait autant de temps à dépenser pour rien, il l'utiliserait pour faire autre chose de bien plus utile. Enfin, et tout en réprimant une grimace de douleurs à cause de ses nerfs en mauvais état, il tendit sa main gauche devant le regard de la Serdaigle. Il l'invitait à se redresser...

"Allez... Sinon, on se choppera tous les deux une pandémie. Et tu t'es déjà fait suffisament mal avec ce poignet cassé..."
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 25
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Ven 13 Aoû - 18:52

Tête de linotte, gamine chieuse, princesse emmerdeuse, ignorante… tout y passerait visiblement. Restait-elle obstinément sur son point de vu ? Ne pensait-elle qu'à elle ? Non, non il avait tout faux, elle venait simplement de perdre les pédales en s'emportant bêtement… Elle se trouvait stupide maintenant et avait honte. Mais maintenant c'était fait, alors que pouvait-elle y faire, hein ? Rien, rien du tout franchement, rien. Mais pour qui la prenait-il ? Pourquoi la traitait-il de la sorte ? Etait-ce de la haine ? Qu'avait-elle fait alors pour se l'attirer ? Oh, oui, elle l'avait touchée même s'il lui avait fait comprendre qu'il détestait ça… Pourtant elle l'avait soigné quelques temps plus tôt et il n'avait pas bronché… Trop de questions qui s'entrechoquaient dans sa tête.

Elle entendit des pas derrière elle. Quoi, il voulait jouer le bourreau maintenant ? Sarah ferma les yeux et ne l'écouta pas alors qu'il semblait se frustrer en parlant. Pourquoi était-il si méchant avec elle ?… Il osait prétendre qu'elle ne savait rien, qu'elle était ignorante ?! Elle savait que des côtes, ça ne guérissait pas en quelques jours ! Mais si même Madame Pomfresh pouvait faire repousser des os en une nuit, elle avait posé la question en estimant qu'il aurait put avoir la logique de se faire soigner de façon magique ! Fait chier. Pourquoi elle devait toujours être pris comme une pauvre idiote ignorante ?! Fait chier ! Fait chier ! La jeune fille tenta de se redresser, comme une bête blessée le ferait pour fuir le chasseur qui tentait de l'achever…

Son poignet droit se tordit sur lui-même et lui arracha le couinement digne d'un oisillon esseulé. Elle retomba piteusement sur le sol boueux et soupira, un soupir découragé. Il ne voulait pas de son aide, il s'aidait lui-même et en était fier, il parlait encore et encore, écrasant mentalement Sarah encore plus profondément que cette boue ne pouvait le faire. Larmoyante, la jeune fille tenta de s'en aller, sans paraître paniqué ou effrayé, mais elle cessa en sentant la douleur de son poignet. Peut-être était-il cassé… cette appréhension la laissa froide. Rutsuku ajouta alors qu'elle n'avait peut-être pas de courage ni de la force mais qu'elle avait une ténacité hors du commun apte d'énerver les gens. Etait-ce là l'éclipse d'une tentative de compliment ? Elle en sourit presque.

Au fond, il essayait quand même d'être un peu gentil…

Il se tenait derrière elle maintenant et Sarah essuya à nouveau son visage. Tentative ridicule et inutile puisque sa main elle-même étant couverte d'éraflures et de boues, elle venait de se tacher davantage le visage. Il pleuvait un peu moins tout d'un coup. C'est là qu'elle se rendit compte qu'elle avait encore la veste de Mori sur les épaules. Et merde, elle venait de la tacher sûrement, peut-être même de la briser… honteuse, Sarah voulu s'enfouir le visage dans la tête. Mais à la place, elle écouta Rutsuku qui continuait de lui parler comme pour la faire fuir, comme lorsqu'on disait à quelqu'un de se faire plus imposant pour faire peur à un ours. Il marmonna alors qu'il n'était qu'une ombre, une ombre hideuse ne méritant rien du tout. Sarah soupira.

" Une ombre a besoin de lumière pour exister. "

Elle se redressa péniblement à genoux, découvrant sa robe blanche considérablement souillée par la terre trempée. On ne voyait rien à travers même si elle était mouillée à cause de l'épaisseur du tissu. Il commençait à faire froid et elle ne se sentait pas vraiment bien. La Serdaigle étouffa difficilement un éternuement en se bouchant le nez lorsque celui-ci arriva. C'est alors que, à sa propre surprise, la jeune fille tomba nez à nez avec une main lorsqu'elle tourna le regard vers Rutsuku. Il l'encouragea à la prendre pour l'aider à se tenir debout mais Sarah ne put vraiment s'empêcher d'hésiter l'espace d'un instant. Pourquoi cette aide ? Il affirma qu'elle risquait d'attraper une pandémie si elle restait là, d'autant plus qu'avec ce poignet cassé, c'était mauvais.

Si son père lui avait apprit bien des choses, l'une d'entre elles était de ne pas refuser de l'aide, aussi trompeuse soit-elle, lorsqu'elle se présentait devant soit comme un cadeau. Aider les gens était une chose qui guidait la vie de ses parents. Les yeux de rubis de la jeune fille contemplèrent un moment cette main, puis elle tendit la sienne, blanche et souillée de terre, pour la poser doucement dans la sienne. Elle s'attendait encore à se faire jeter au sol lamentablement comme dans le couloir, mais il n'en fit rien. La Quatrième Année leva un regard inexpressif sur lui, pourtant on y lisait presque une incompréhension passagère. Une question tracassait Sarah. Une seule question qui allait bientôt traverser ses lippes encore closes jusqu'à maintenant.

" Pourquoi me détestes-tu… ? "

Avait-il clairement dit qu'il la haïssait ? Non jamais, mais elle avait crut le comprendre assez clairement via les gestes et les mots qu'elle se prenait en pleine figure depuis un moment. Elle aurait put continuer en disant ' je n'essai que de t'aider ' mais elle avait comprit qu'il ne voulait pas de son aide, il ne voulait rien savoir et voulait la paix. Ou encore le fameux ' que t'ai-je donc fais pour mériter ça ' mais ça commencerait à tourner au vinaigre si elle allait trop loin, franchement. Elle ne voulait pas faire tout tourner au mélodrame alors autant terminer ça vite et clairement pour qu'elle aille se pointer convenablement à l'infirmerie, en bonne et due forme. C'était certainement là qu'il comptait l'amener. Quoi que, on pouvait s'attendre à tout avec lui.

Sarah osa soutenir son regard un instant mais elle ne tarda pas à baisser la tête. Elle se souvint de l'histoire de Hrist. Il pensait l'avoir raconté pour du beurre mais ce n'était pas vrai !! Bon sang, non. Elle en avait marre que tout le monde la prenne pour une gamine insouciante. Elle se souvenait de cette histoire, elle se souvenait de celle de l'île aux roses… Du corps empoisonné de ce garçon qui n'osait plus approcher personne… Sarah regarda la main de Mori, celle qui tenait la sienne. S'il parlait de lui, alors pourquoi donc… pourquoi osait-elle prendre sa main de la sorte ? Est-ce qu'elle était spéciale ? Y avait-il quelque chose chez elle ?

Etait-elle en fait… immunisée à ce poison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumactif.us/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 30
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Ven 13 Aoû - 20:08

Avec une telle chute, rien d'étonnant que Sarah s'était cassée quelque chose. Bien évidemment, il allait devoir aller à l'infirmerie avec elle. Le couvre-feu était passé depuis un long moment, et si elle se faisait attraper par des surveillants ou les professeurs, elle allait risquer un sale quart d'heure. De plus, elle ne pourrait pas du tout raconter la vérité, elle pourrait se coltiner plusieurs heures de colle en compagnie de Rusard, notamment. Rutsuku soupira intérieurement... Il allait devoir raconter une connerie, avec pour résultat d'accumuler encore toutes les heures de retenue qu'il avait eu depuis le début de l'année. Il espérait franchement de ne pas tomber sur McGonagall, notamment... Cette vieille bique en profiterait pour l'enfermer dans son bureau toute la nuit, et lui coller un sermon en compagnie de tout le personnel de Poudlard...

Le Serpentard estimait qu'il en avait déjà suffisamment reçu de la part de Severus Rogue...

Pendant qu'elle se salissait davantage, le clone réprima un éternuement. Foutue pluie. Sans compter qu'il protégeait cette Albinos de celle-ci. Bien évidemment, pour beaucoup, cela pourrait être ironique... Un serpent qui protége un aigle d'une pression atmosphèrique. Mais, c'était le cas. Il avait bien commencé en étant son garde du corps aujourd'hui... Alors, autant continuer. Qu'importait s'il allait avoir un rhume plus tard, à cause de sa grande fatigue. Sans compter que cette douche froide ne semblait pas faiblir, bien que pour la Serdaigle, elle avait semblé diminuer un peu.

Il remarqua sa veste sur les épaules de la Quatrième Année. Autant l'étudiant se fichait complètement de ce bout de tissu et de cuir, autant il attachait de l'importance à plusieurs objets se trouvant dans la doublure. Tout ne rentrait pas dans sa sacoche sur les hanches. Mais, de plus, il était hors de question de les mettre dans cet endroit précis... Si on le lui volait, il rentrerait certainement dans une des fureurs les plus noirs qui ne l'avait jamais emporté.
Tout simplement parce que c'était précieux à son goût... Et certainement pas envoutant comme l'était l'Anneau Unique dans le Seigneur des Anneaux.

Le Diable du Carnage entendit alors la parole de cette Princesse. Ah oui, si elle savait... Il n'était que son ombre, l'ombre de tous ici... Il n'était qu'une copie conforme d'un humain, ne possédait même pas de coeur proprement parler et ne pouvait vivre que dans les ombres, où les actes les plus ignobles étaient monnaie courante. Malgré tous ses efforts, l'ancien mercenaire n'arrivait pas à s'adapter dans un endroit rempli de lumière, où il y avait une certaine reconnaissance venant de tous... Pourtant, il avait essayé... Il avait tenté de toutes ses forces, sans jamais y parvenir.
Et ce pouvoir éprouvant qui ne l'aidait pas...

Visiblement, elle fut aussi surprise que lui de voir cette main tendue. Ca, il fallait encore prendre en compte que c'était cet imbécile de corps qui n'écoutait plus la tête... Mais, une chose était sûr... Même s'il pouvait faire une mauvaise action, à ce moment précis, comme la jeter au sol, l'agresser ou même l'emmener directement dans sa salle commune, il aillait simplement aller à l'endroit le plus logique... L'infirmerie. Tant pis s'il allait devoir revoir Pomfresh ou Pandora, et qu'elles aillaient encore l'ennuyer à cause de sa récente mutilation... C'était ce qu'il fallait faire pour... cette gamine...

L'ex chien de guerre était d'ailleurs persuadé qu'elle allait le refuser. Elle avait tout mal prit ce qu'il avait dit, alors que, à son goût, il n'avait rien dit de réellement méchant ou cruel... Pourtant, elle prit cette aide, à sa grande stupéfaction. Il ressentit une fois encore cette étrange chaleur douce à travers son gant. Inconsciemment, son regard, habituellement froid, cruel et perçant, s'était légèrement adouci et devenait légèrement plus chaleureux. Qu'est-ce qui lui arrivait ? Ce n'était absolument pas lui... C'était comme s'il faisait tout pour s'attacher à cette casse-pied !
Et son cauchemar... Il ne fallait pas qu'il l'oublie, tout de même !

Puis, l'Albinos posa une question :

"Pourquoi me détestes-tu… ?"

A cette question, il ne répondit rien... Pourtant, il aurait voulu dire que, même si elle l'ennuyait vraiment, sa présence n'était pas si génante. Elle ne le dérangeait pas et il n'avait aucune raison de la haïr. En fait, le problème venait de lui, de ses sentiments envers lui... Et chaque fois qu'il était devant Sarah, sa haine envers sa propre personne augmentait davantage. Elle était telle une lumière si vive qu'il voyait davantage la laideur qu'il était... C'en était presque blessant et triste, puisqu'habituellement, il ne voyait jamais cette partie hideuse en lui... Et, il ne pouvait pas fuir une certaine vérité...
S'il ne la voyait pas normalement... C'était qu'en réalité, il n'était qu'un lâche...

Il n'arrivait pas à se voir précisément comme il était... Il ne voyait que la facette d'un monstre, mais qui était encore plus horrible en pleine lumière.

Pourtant, il savait pertinemment qu'elle n'accepterait pas le silence comme réponse... Ou, si elle l'acceptait, elle allait considérer que ce qu'elle venait de dire était vrai... Mais ça ne l'était pas... Aucunement...

"Ecoute... Ca te dit de venir au bal de fermeture du Carnaval avec moi ?"

Peut-être qu'ainsi... elle comprendrait qu'il ne la détestait pas, au fond de lui-même...

Deux secondes ?
Bal signifiait endroit gorgé de monde...
Bal signifiait aussi nourriture en abondance...
Bal voulait aussi dire...

Mais pourquoi venait-il de faire cette proposition, alors qu'il y avait de grandes chances qu'il soit, non seulement malade, mais que l'incident de la Fête d'Halloween se reproduise ?
Rutsuku se détesta vraiment, à ce moment précis... Il ne pouvait même pas reprendre sa proposition...

En même temps, ils avaient regagné le château, toujours la main dans celle de l'autre. Au moins, ils étaient à l'abri... Ce fut là que le Serpentard vit vraiment les dégâts de cette chute. Vraiment, elle n'était pas très reluisante...

"Tu ferais mieux de prendre une douche ou un bain..."

L'Humoculus aurait mieux fait de se taire... Il ne voulait rien dire et il sortait une réplique désagréable...

"Simplement pour éviter que tu prennes froid..."

Ouf ! Il avait pu se rattraper à temps... Pourtant, intérieurement, il cogitait...

*Mais pourquoi je suis aux petits soins avec elle maintenant ? D'accord, elle ne peut pas subir mon hacking de cerveau... Ca n'explique rien du tou, d'ailleurs !!!*
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 25
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Mer 18 Aoû - 10:58

Et zut… elle s'était même cassée le poignet en tombant, quoi de plus pathétique. Voilà qui n'aidait pas son cas. Elle allait donc devoir aller à l'infirmerie et avouer qu'elle était dehors en pleine nuit, dans la volière, et qu'elle s'était carrément péter la gueule en voulant descendre les escaliers à la va-vite. Voilà qui faisait très chic dites donc ! C'était une histoire à mettre dans un livre comique. Pourtant, Sarah ne trouvait pas ça drôle du tout. La jeune fille, au contraire, trouva le moyen d'en pleurer en se trouvant tout simplement ridicule, estimant qu'elle le méritait peut-être. Mais une main vint l'aider, inexplicablement, à se redresser. Et lorsqu'elle fut debout, elle ne le remercia pas, elle ne s'excusa pas, ne demanda pas pardon pour la gifle, et ne le supplia pas de ne pas la frapper. Elle resta simplement debout, résignée à son sort, mais également questionnée…

Il ne répondit pas à sa question. Il la laissa dans le questionnement le plus total. Sarah se contenta d'accepter ce silence comme étant une confirmation de ce qu'elle pensait, il devait certainement la détester. Elle baissa tristement la tête, résignée à accepter cette haine. Il eu de quoi la surprendre cependant en prenant la parole pour l'inviter au bal de fermeture du Carnaval Masqué. Sarah leva la tête vivement pour le regarder, écarquillant les yeux sur la surprise de cette demande inattendue. Oh, elle se serait attendu à tout, mais pas ça ! Attendez… était-ce une attrape, un piège ? Mais ce serait sans doute aussi sa seule chance d'accepter. Elle ouvrit la bouche mais ne sut quoi dire. Juste dire "oui" serait bête. La fraîcheur de la pluie la ramena à la réalité. Elle chercha un instant les mots, craignant qu'il ne prenne son silence pour un non, et décida de répondre.

" Je, j'en serais ravie. Oui, j'aimerais bien. "

Bon, ce n'était pas la réponse la plus évoluée ou recherchée, mais c'était mieux que de le laisser dans le silence. Sarah se sentit un moment gênée et elle baissa à nouveau la tête en se sentant comme intimidée. Peut-être était-ce sa présence, peut-être était-ce le fait qu'elle soit tout amochée par cette terre, ou simplement le fait qu'il pleuve et qu'elle soit dehors alors qu'elle n'était pas supposée être là. Elle prit en tout cas cette invitation comme une réponse indirecte à sa question, signifiant qu'il ne la détestait pas et que, pour preuve, il voulait lui montrer être apte de passer plus de temps avec elle – volontairement et pas par accident cette fois. Dans un sens, c'était soulageant pour elle, elle se rendait vraiment compte qu'il ne la détestait peut-être pas finalement. C'était vraiment rassurant et elle camoufla son sourire en se mordillant la lèvre inférieure, un moment.

Ce serait étrange de la voir si heureuse alors qu'elle était si sale et avec un poignet cassé. Celui-ci était encore douloureux même si elle n'y touchait pas mais elle tâchait de ne pas trop le bouger.

Le silence régna un instant jusqu'à ce que Rutsuku reprenne la parole pour lui dire qu'elle ferait mieux de prendre une douche ou un bain. Elle sembla un moment se demander pourquoi diable il disait ça mais en regardant son état, il n'était pas sorcier de deviner qu'elle risquait de tomber malade et que ses vêtements étaient vraiment sales. Elle haussa les épaules et il continua en disant que ce serait pour éviter qu'elle prenne froid. Ah oui ! Il pleuvait aussi et elle risquait d'être enrhumée à ce rythme. Sarah jeta un œil derrière elle. Dans le noir, la silhouette effrayante du château de Poudlard était visible. Elle ne voulait pas y rentrer toute seule. Mais elle était un aigle et lui un serpent, les aigles étaient perchés dans les tours et les serpents grouillaient dans les cachots. Ils n'étaient pas du même monde ? Elle s'en foutait. Elle fut donc assez franche là-dessus.

" Mais… Je ne veux pas que tu t'en ailles ! Je veux que tu restes avec moi… "

Oulah, c'était un peu brusque comme demande. Sarah avala sa salive de travers alors que sa main se resserrait sur la sienne. Oh la, mais bon sang, bon sang ! Bon, disons que… Ouais, inventons ça : elle avait peur du noir et ne voulait pas y aller toute seule. Après tout, il faisait sombre, et avec la pluie, les crépitements sur le sol, tout ça n'était pas rassurant. Et heureusement qu'il faisait noir, sinon ses joues rosies seraient visibles. Sarah détourna le regard pour observer le sol, un point fixe, la seule chose qu'elle voyait au loin : des petits insectes fluorescents. C'était de la belle magie, oui. Elle ne savait pas d'où ça venait mais il y avait des papillons fluorescents qui volaient par dizaine près du lac noir. Elle fut charmée par cette vision, ce qui l'encouragea à poursuivre sur cette lancée. Une émotion la bouleversa. Qu'est-ce que c'était, cette étincelle de crainte et de peine ?

" Tu pars toujours, chaque fois, tu t'en vas… Je ne veux pas que tu t'en ailles cette fois… "

Elle venait quand même d'attendre un week-end et une journée pour pouvoir le voir. Elle ne l'avait pas spécifiquement cherché mais mine de rien, elle n'avait put se le sortir de la tête, cherchant à comprendre son malheur. Elle avait passé des jours à la bibliothèque dans l'espoir de le croiser, faisant ses devoirs en gardant un œil sur la porte de la salle. Elle avait fouiné les rangers en espérant le trouver cacher quelque part sans comprendre pourquoi ça en devenait presque une obsession. Au final tout ce qu'elle voulait, c'était de comprendre, de saisir. Mais pour ça, il devait l'aider à mieux comprendre. Elle ne pourrait pas le faire toute seule. Elle n'était pas assez douée pour ça. Sarah était apte de lire en les autres – pas comme Rutsuku le faisait certes – au premier regard, généralement. Mais pour lui, c'était un mystère. Rien ne lui venait.

Sarah s'assura que sa main tenait toujours la sienne. S'il partait, il n'aurait pas le choix de l'amener aussi, parce qu'elle ne le lâcherait pas. Elle ne serrait pas à l'extrême non plus, elle n'avait pas une grosse force de toute façon, après tout, elle n'était qu'une jeune fille, avec des petits os, peu de muscles, elle n'allait pas faire mal à un Serpentard plus âgé et plus fortement bâtit qu'elle. Elle ne voulait pas tout laisser dans le silence néanmoins. Elle voulait toujours connaître son nom ou du moins, la façon dont les gens l'appelaient ici. C'est donc avec cette base qu'elle prononça la question en espérant franchement que cette fois, il lui répondrait.

" Mori… Si tu ne veux pas me dire ton nom, je suis d'accord. Mais dis-moi au moins comment les gens t'appellent ici. Tu es un élève, alors tu as sûrement un nom, celui que les professeurs utilisent… "
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumactif.us/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 30
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Mer 18 Aoû - 12:59

Intérieurement, Rutsuku voulait que Sarah refuse. Non, il avait vraiment fait une superbe connerie en l'invitant au bal de fin du Carnaval. Comment devait-il se rattraper ? Il ne pouvait pas dire... Finalement, je reprends ma proposition, puisqu'il y a trois cents pour cent de chance pour que je tombe malade. La foule le rendait malade. La nourriture le rend malade. Et les fêtes le rendaient aussi de mauvaise humeur, puisqu'il n'arrivait pas à comprendre leur utilité dans la société d'aujourd'hui. Ce n'était pas une anêrie lorsqu'il disait, toujours en lui, qu'il n'arrivait pas à comprendre ce monde de dingue. Vraiment, un jour ou l'autre, il finira bien par le tuer...

"Je, j'en serais ravie. Oui, j'aimerais bien."

Et merde, elle venait d'accepter... Sérieusement, il était maudit avec sa malchance légendaire. Dire que Sarah venait de lui répondre en le regardant, droit dans les yeux. Maintenant, il ne pourrait plus du tout retirer son offre. Pourquoi n'arrivait-il pas à réflechir avant de parler, lorsqu'il était avec cette Serdaigle ? Qu'est-ce qu'il détestait ça ! Ne pas avoir le contrôle de la situation lorsque cela l'exigeait avec elle !

D'ailleurs, l'Albinos baissa la tête, comme étant honteuse. Honteuse de quoi ? Il avait fait une proposition, elle avait accepté. Il n'y avait pas de quoi en faire un drame, de son côté. Peut-être que c'était finalement l'aura de l'ancien mercenaire des plus... belliqueuses qui la forçait à baisser la tête ? Au fond, c'était toujours pareil... C'était bien à cause d'elle qu'il faisait toujours peur aux animaux.. C'était bien à cause d'elle qu'il était souvent incomprit. Souvent, il n'avait pas envie de gaspiller des forces pour rien et, pourtant, il se trouvait toujours au mauvais endroit et au mauvais moment. Donc, avec une telle réflexion, pas étonnant que la Quatrième Année tourne son regard.

Pourtant, il aurait voulu la protéger davantage de la pluie... Mais comment ? Il avait sa main droite mutilée, et il était hors de question de la montrer. Elle serait même capable de lui casser les oreilles en voulant le soigner. Puis, de toute manière, il n'avait plus de désinfectant, plus de coton et plus de bandes et de pansements ! Non, mais oh ! Ca ne va pas continuer, le cirque de l'infirmerie ! Elle l'avait soignée une fois, il l'avait soigné peu de temps auparavant... Ca suffisait ! Hors de question de montrer, une fois encore, son incompétence en la matière !

Heureusement encore qu'ils étaient dehors lorsqu'elle prit de nouveau la parole :

"Mais… Je ne veux pas que tu t'en ailles ! Je veux que tu restes avec moi…"

Cette fois, il était étonné et il le montrait réellement. Heureusement que le noir obscur de l'extérieur lui cachait le visage, puisque cela ne lui allait pas. Sa bouche était légèrement ouverte, et ses soucils levés au plus haut point. Cela devait encore être un caprice de cette Princesse casse-pied mais... Il ne savait pas pourquoi, c'était différent... Comme s'il ressentait en lui que sa présence était importante pour elle... Comme s'il était indispensable pour qu'elle se sente bien. Habituellement, ça ne lui faisait pas ça. C'était étrange comme sensation... Quelque chose de chaud et d'incompréhensible à la fois. Quelque chose qui avait illuminé une faible flamme à l'intérieur même de l'iceberg qui lui servait d'âme... Comme s'il venait de recevoir une certaine lueur, faible et rapidement éteinte, dans ses ténèbres constantes et étouffantes.

C'était tellement étrange que cela lui brûlait légèrement les yeux... Heureusement que ça n'avait pas coulé...

Puis, il remarqua que l'étudiante regardait le sol. Intrigué, le Diable du Carnage le fit aussi. Des lucioles en cette saison, et avec une telle pluie... C'était impensable et impossible. Pourtant, il ne pouvait pas décrocher ses yeux de ce spectacle, se trouvant vers le lac...
Mais bien sûr ! C'était le Calamar Géant !

"Tu pars toujours, chaque fois, tu t'en vas… Je ne veux pas que tu t'en ailles cette fois…"

Soudainement, il sentit que la main de Sarah se serrait davantage. Elle avait tant besoin de lui que ça ? C'en était... blessant d'un côté, et appaisant de l'autre. Mais, la pluie déjà forte redoublait encore en intensité. Il fallait vraiment qu'ils se mettent à l'abri pour éviter de tomber malade. S'il y avait bien une chose qu'il ne devait pas faire en ce moment, c'était bien cela. L'ancien chien de guerre serra davantage la main blanche et fine, sans lui faire mal. Puis, alors qu'il devenait de plus en plus tremper, puisqu'il protégeait du mieux qu'il pouvait la Serdaigle, il fit :

"Déjà, on va rentrer, puisqu'on va être bon pour une pneumonie... Et franchement, ce n'est pas le moment de s'en chopper une. Sans compter que l'espèce de poulpe ne va pas s'évaporer d'un jour à l'autre."

Sans même attendre une quelconque réponse de cette gamine, il se mit à courir à faible allure. Comme ça, ça permettait à l'Albinos de le suivre, sans se casser la figure, mais aussi pour lui d'éviter de trop solliciter son bras gauche. Pourtant, lorsqu'ils courraient pour se mettre à l'abri, elle avait, de nouveau, prit la parole... Elle n'aurait pas pu le faire lorsqu'ils seraient sous un porche ? Ca pourrait lui éviter de se mordre la lague. Elle n'était déjà pas dans un état assez piteux ?

"Mori… Si tu ne veux pas me dire ton nom, je suis d'accord. Mais dis-moi au moins comment les gens t'appellent ici. Tu es un élève, alors tu as sûrement un nom, celui que les professeurs utilisent…"

Le clone ne répondit pas... du moins, pas tout de suite. Il attendit qu'ils soient à l'abri de la pluie, dans le château. Mais, intérieurement, le Cinquième Année se disait qu'il n'allait pas lui répondre. Bien évidemment, il ne savait pas ce qui allait se passer...

A peine qu'ils furent arrivés sous le porche qui abritait l'entrée, il répondit d'une façon froide et neutre :

"Si je ne le dis pas, ce n'est pas parce que je ne veux pas...
Mais que je ne peux pas..."


Il soupira inaudiblement. Rutsuku ne voulait absolument rien dire et voilà qu'il sortait pourquoi il n'avait pas pu donner de nom lors de leur première rencontre. Il expliquait aussi clairement pourquoi il lui avait répondu, la première fois, bonne question. Vraiment, il se détestait intérieurement. Il ne voulait pas trop en révéler, et voilà qu'il rompait son propre serment... Il était vraiment débile avec cette Serdaigle.

"Ici, j'utilise un nom que j'ai inventé de toutes pièces, uniquement parce qu'il faut avoir soi-disant une identité. Mais ce n'est en aucun cas mon identité...
Des noms, j'en ai des centaines... Askeladd, Rutsuku Fushin, Mori, Ridyel, Louis, Keiki, Serph, Nikolaï, Mahotmed, Yurt, ect..."


Parmi tous ces noms, un devait au moins semblait assez familier pour Sarah... C'était le deuxième. Qui ne parlait pas de lui, chaque jour, dans les couloirs ? Qui ne le surnommait pas le fou, le marginal, l'antisocial, l'asocial, le misanthrope ou autre surnom...

"Mais je n'ai aucun nom officiel..."

Bien évidemment, il mentait... Mais, en même temps, il disait vrai. Il avait un nom, mais qu'il ne pouvait absolument pas révélé... De plus, il n'était inscrit dans aucune fiche civile... Ce qui faisait de lui une ombre complète.

Intérieurement, le Serpentard se demandait pourquoi il lui avouait ce fait ? Peut-être que...

Soudainement, il lâcha pendant quelques secondes la main de l'Albinos et s'approcha d'elle. Il prit alors sa veste, le temps de sortir un porte-feuille noir usé jusqu'à déchirement et remplit à ras-bord. Il sortit alors distraitement tous les faux papiers d'identité qu'il avait, aussi bien moldu que sorcier. Tout cela devait bien faire une bonne centaine de faux noms... Enfin, il rangea à sa place, dans la doublure de la veste, le porte-feuille dégarni, avant de présenter ses pièces d'identités à la Serdaigle. Cependant, il ne les avait pas donné. Il les mettait devant ses yeux, en éventail, avec sa main gauche.

"Tiens... choisi pour moi. Quel sera dorénavant mon nom ?"

Dans son regard, cette lueur avait changé. Elle était devenue plus douce, mais aussi sérieuse et... une certaine porteuse d'espoir... ?
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 25
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Mer 18 Aoû - 14:10

Sarah avait eu peur au fond d'encore se faire rejeter si elle tentait de se rapprocher de lui ne serait-ce que pour comprendre ce qu'il pouvait vivre. Néanmoins elle avait tort, il n'était pas dans les intentions de Rutsuku de brusquement la jeter dans le lac en la laissant là, se fichant totalement de son état actuel. Non, au contraire, elle sentit l'étreinte se serrer un peu, à sa propre surprise. Elle allait peut-être prendre la parole lorsque soudainement, la pluie se mit à brusquement tomber, doublant son allure. Le ciel pleurait donc autant maintenant, pourquoi donc ? Etait-ce parce qu'ils étaient en plein interdit ? Ou peut-être que le ciel lui-même tentait de lui faire comprendre qu'elle ne devait pas tenter de se rapprocher de cet adolescent, mais elle s'en fichait de ce que ce crétin de ciel pouvait bien tenter de lui faire comprendre ! Là, il pleuvait, point final…

Même si Rutsuku tentait de protéger Sarah de la pluie, il ne pourrait plus le faire maintenant que la pluie avait doublé sa cadence, comme pour le défier de tenter de protéger cette colombe davantage de ces intempéries. Le Cinquième Année annonça donc à la jeune femme qu'ils allaient aller sous le porche de l'entrée pour s'abriter car sinon, ils allaient certainement finir avec une pneumonie. Ce ne serait évidemment pas très chouette de tomber ainsi malade mais pour le moment, c'était le cadet des soucis de Sarah, d'où sa négligence. Ainsi donc, lorsque Rutsuku commença à se diriger vers Poudlard en tenant toujours la main de la Serdaigle, celle-ci suivit obligatoirement puisqu'elle était entraînée dans sa course à petits pas tout du moins. Sarah le suivit donc sans faire d'histoire et en tentant de ne pas trébucher en chemin, ce qui serait assez bête.

Ils furent rapidement à l'abri, où Sarah en profita pour essuyer son visage trempé de pluie à l'aide de la manche du manteau vert de Rutsuku, qui reposait toujours sur ses épaules, trempé maintenant d'ailleurs. Elle en profita pour repousser ses longs cheveux blancs dont quelques mèches collaient contre ses joues ou sa nuque à cause de la pluie. Elle renifla et toussota un peu mais sans plus, rien d'alarmant franchement. Juste une petite toux inoffensive.

C'est alors que Mori reprit la parole pour lui dire que ce n'était pas qu'il ne voulait pas, mais c'était surtout qu'il ne pouvait pas dévoiler son vrai nom. Interloquée, Sarah haussa un peu les sourcils, comme surprise de l'entendre donner une raison aussi, disons, imaginative. Pourtant c'était la vraie raison et elle ne pourrait pas le nier. Elle le croyait, et n'insisterait donc pas là-dessus. Comment devait-elle l'appeler donc ? C'est presque ce sur quoi il renchérit. Dans l'école, il utilisait un nom inventé de toute pièce. Il avait eu beaucoup d'identités par le passé. Il lui en cita plusieurs, dont le pseudonyme qu'elle lui avait elle-même offert, mais aussi un qui raisonna un instant dans son esprit. Rutsuku Fushin. Elle était certaine d'avoir déjà entendu ça quelque part. Peut-être n'était-ce qu'une impression de Déjà Vu assez commune chez les êtres humains mais c'était clair…

* Rutsuku ? C'est donc de lui qu'elle parlait… *

Une fois à la bibliothèque, elle avait crut entendre une fille discuter avec une copine. Elle ne la connaissait pas, ne l'avait pas vu, mais elle l'avait entendu parler d'un accident dans la volière concernant un certain Rutsuku. Elle avait bien insisté sur le fait que ce type avait un truc qui devait trotter au plafond parce que franchement, il était dingue et n'agissait pas pour qu'on pense différemment de lui. Tsk… Sarah chassa cette pensée stupide. Même si c'était vrai, il avait prouvé ne pas être comme ça avec elle. Et c'était ce qui était rassurant. Mori reprit en disant qu'il n'avait donc pas de réelles identités. Comment était-ce possible ? Peut-être n'avait-il jamais connu ses parents au final et donc n'avait jamais pu se faire un vrai nom. Voilà qui était bien triste.

Elle pouvait sentir l'atmosphère qui se faisait calme mais tremblante à la fois. Les émotions chancelaient, difficile de dire ce qui régnait vraiment. Mais ce n'était pas du danger ni une mauvaise impression. C'est alors que Rutsuku lâcha sa main pour s'approcher et fouiller dans la doublure de sa veste. Sarah le laissa faire en se demandant ce qu'il cherchait, songeant même qu'il devait être à la recherche de ses cigarettes peut-être, mais non, il en sortit un porte-feuille. De celui-ci, il sortit des papiers d'identités, et pas pour une seule identité, mais bien plusieurs. Le Serpentard rangea ensuite le porte-feuille et présenta les feuilles d'identités devant Sarah en éventail, l'invitant à choisir pour lui comment il s'appellerait dorénavant, à ce jour. La jeune fille fut un peu surprise à vrai dire. Elle scruta son regard. Elle pouvait y lire un semblant de bonheur à cette idée…

Non, elle ne pourrait pas lui refuser ça. Il semblait presque paisible maintenant. Dans sa tête, tout ça semblait être une sorte de domptage. Elle avait presque apprivoisé la bête tien ! Marrant. Sarah lui sourit doucement, dans un sens touchée par ce privilège, et regarda les papiers en lisant chaque nom. Beaucoup ne sonnaient pas bien à son oreille, ou beaucoup ne lui allaient pas selon elle. Ses yeux rouges allèrent de feuilles en feuilles. Finalement, elle crut choisir. Levant sa seule main fonctionnelle et libre pour le moment, elle ferma son index et son pouce sur une des feuilles, une de celles situées au milieu, et tira dessus pour prononcer son choix.

" Celui-ci… Rutsuku Fushin. Il me plait bien. C'est du japonais… Coup de vent. C'est vrai que tu pars souvent en coup de vent lorsqu'on se croise, tu ne crois pas ? "

Franche, elle émit un rire amusé en sortant cette réplique qui, pourtant, n'était pas si loin de la réalité. Elle leva ses yeux de la fiche d'identité pourtant fausse qui deviendrait peut-être vraie si Rutsuku acceptait son idée. Pendant un instant, elle gardait un sourire vague sur les lèvres, regardant soit la fiche, soit le Serpentard, ça dépendait du moment. La pluie tombait toujours et elle avait le sentiment qu'il allait certainement pleuvoir longtemps, sans doute pendant toute la nuit. Il faisait frais mais avec cette veste, elle ne ressentait pas le froid extérieur. Fouillant dans ses souvenirs, Sarah parut soudainement plus mélancolique.

" Fushin veut aussi dire peine, ou tourment… "

Elle sourit, malgré une passe sombre, et colla soudainement le papier contre sa poitrine, l'air de vouloir le conserver. Mais ce n'était pas le cas, c'était juste pour montrer son attachement pour ce nom, cette identité qui serait maintenant sienne à sa propre décision. L'air un peu espiègle, mais fière aussi, elle tendit ensuite la fiche d'identité en lui donnant donc, heureuse d'avoir eu ce privilège, rien qu'à elle, de choisir le nom que porterait dorénavant cette personne.

" Ce sera ton nom maintenant. Rutsuku Fushin. "

Lorsqu'il eu prit la fiche, Sarah fit une révérence, et affirma :

" Enchantée ! "

Au final, Sarah venait de faire une remise à zéro, comme s'ils venaient de se rencontrer, même si elle ne voulait pour rien au monde effacé ce qui s'était déjà passé. C'était juste pour ce passage-là. Son regard se posa alors sur les autres fiches. Elle les regarda un instant en se demandant ce qu'il comptait en faire. Peut-être allait-il les garder, peut-être allait-il les jeter. A son opinion, ce serait certainement mieux de s'en débarrasser, mais elle n'était pas dans sa tête et ne pourrait donc pas guider ses mouvements. Elle se demandait pourquoi il lui avait laissé ce privilège mais curieusement, Sarah se disait que si elle posait la question, il ne répondrait pas. Si bien qu'elle laissa ça sous silence, elle lui demanderait plus tard. Après un bref instant de silence, Sarah toussa à nouveau, rien de dramatique encore une fois. Lorsqu'elle cessa, elle sourit avant de demander :

" Que penses-tu de mon choix, alors ? "
Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumactif.us/forum.htm
Rutsuku Fushin
Diable du Carnage
5eme Année

Diable du Carnage  5eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 937
Age : 30
Localisation : Inconnu de la société mais que tout le monde a
Humeur : ...
Date d'inscription : 17/05/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humoculus
Pouvoirs: Hacking de Cerveau
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Mer 18 Aoû - 15:59

A peine qu'ils étaient arrivés sous le porche, Rutsuku avait levé la tête vers le plafond qui les abritait. Au moins, ici, ils ne pourraient pas craindre de la pluie. Sauf si le vent s'en mélait et entraînait l'eau dans son sillage. Mais, les côtés étaient recouverts de pierres grises et froides. Certaines étaient même décallées qu'on pouvait s'assoir dessus. Cependant, il faisait tout de même plus chaud en ce lieu qu'à l'extérieur, sous cette pluie froide et lourde. Depuis combien de temps n'avait-il plu ainsi en Ecosse ? Le Serpentard ne le savait pas, mais il s'en fichait complètement. Les caprices de la météo, il ne voulait pas les connaître. Déjà qu'il en avait souvent suffisament marre de tous savoir sur les personnes qu'il rencontrait...

Mais, il n'arrivait toujours pas à lire en elle, malgré les nombreuses heures passées ensemble...

Comme pour un chien, bien qu'il fut un ancien chien de guerre, il secoua vivement la tête, histoire d'enlever de l'eau sur son visage et dans ses cheveux. Son pull brun était trempé comme un linge, et davantage derrière que devant. Son pantalon lourd à cause de l'humidité et le bout de ses orteils trempés. Heureusement qu'ils s'étaient mit à l'abri à temps, sinon, il n'aurait pas pu le supporter. Le Serpentard n'aurait pas pu la protéger davantage...

Soudainement, Sarah toussa et éternua... Ce n'était pas la première fois, non ? L'Humoculus n'en n'était pas sûr, mais pour l'instant, ce n'était pas le plus urgent. Il lui avait répondu et, connaissant l'Albinos, il savait parfaitement qu'elle ferait d'abord tout pour lui donner un nom avant d'aller prendre une douche. D'ailleurs, maintenant qu'il y réflechissait... Où pourrait-elle prendre une douche ? Dans la salle de bains des préfets ? Nan, ça serait un peu trop facile, surtout que ça faisait pas mal de bruits et que, à force, ça attirerait la chatte sadique... Miss Teigne. Les chambres des invités n'avaient pas de salle de bain non plus... Hmmm...

Bien évidemment, elle tiqua lorsqu'elle entendit le nom de Rutsuku Fushin. Qui ne l'avait pas entendu, surtout après l'incident de la fête d'Halloween ou même celui de la volière, quand il s'était battu contre Virgile Delacroix ? Oui, il était fou, dérangé, misanthrope... Pour des raisons que ces abrutis seraient bien incapables de comprendre ou même d'imaginer. Il était aussi exact d'affirmer qu'il entretenait exprès cette rumeur, pour qu'on lui fiche la paix qu'il désirait tant. L'étudiant de Cinquième Année, bien qu'il se fichait de l'image qu'il renvoyait, se souçiait tout de même que les autres élèves et les professeurs ne se mèlent pas de lui... Avec plus ou moins d'efficacités...
Avec cette Serdaigle... Ce n'était pas possible, par exemple...

Oui, actuellement, il était calme... Mais, n'était-ce pas le calme avant la tempête. Par contre, il ne fallait pas croire qu'elle l'avait dompter. Il était vrai qu'il était une bête, mais il était imprévisible. Il pouvait être calme et, deux secondes plus tard, être dangereux et vouloir arracher les tripes de quelqu'un. Il était instable et imprévisible... Beaucoup d'adversaires le craignaient, à cause de son caractère lunatique et changeant. Il fallait bien avouer que c'était dangereux de rester avec un tel individu, qui avait été élevé pour être une machine à tuer... mais une machine à tuer intelligente.

Elle choisissait son nom avec soin, prenant son temps. Le Diable du Carnage la suivait du regard attentivement. Il la comprenait, en fait... Un nom, ça ne se choisissait pas dans un coup de tête. Il fallait que ça soit mûrement réflechit, mais surtout que ça laisse une forte impression à celui qui le choississait. De la discussion précédente, quand il se faisait passer pour quelqu'un d'autre, elle l'avait dit... Elle faisait tout pour être elle-même... Quelqu'un d'honnête, bonne poire, mais surtout altruiste qui blessait tout de même l'ancien mercenaire.
Finalement, elle en choisit une, vers le milieu. Avait-elle été influencée, parce qu'on prenait souvent le milieu lorsqu'on choississait une carte dans le Pouilleux Déshabilleur, par exemple ?

"Celui-ci… Rutsuku Fushin. Il me plait bien. C'est du japonais… Coup de vent. C'est vrai que tu pars souvent en coup de vent lorsqu'on se croise, tu ne crois pas ?"

Sarah voulait le concurrencer dans la franchise ? Elle partait largement avec une dizaine de longueurs de retard. L'étudiant rebelle voyait parfaitement qu'elle le regardait à tour de rôle, avec cette fause pièce d'identité. C'était une carte d'identité anglaise, où était en plus écrit sa date de naissance ; le 21 Janvier 1976 ; mais aussi son lieu supposé de naissance ; Etat de la Cité du Vatican, le plus petit état du monde. C'était une des seules cartes d'identités qui n'avait quasiment rien de faux dessus. L'avait-elle choisi par intuition ?

"Ce sera ton nom maintenant. Rutsuku Fushin."
"Fushin... Rutsuku... Fushin..."

Un nom qui lui allait à ravir... Peut-être. Mais il regardait avec attention cette simple carte d'identité, avec un regard attendrissant. Bien qu'il garderait le nom d'Askeladd pour les vieux Dearborn, simplement comme surnom, maintenant, il avait un nom... une identité à lui. Bien malgré lui, il en souriait faiblement, à la fois de tristesse et de soulagement. Sans doute que c'était ce nom qui lui allait le mieux... Parce que son nouveau prénom avait tout de même un lien avec son vrai nom, qu'il ne pourrait au grand jamais révéler. Et Fushin... Doute, Méfiance, Suspect, Peine... Oui, sans doute ce qui lui correspondait le mieux.

Il ne l'entendit pas lorsqu'elle lui dit enchantée, comme si c'était la première fois qu'elle le rencontrait. Il était toujours perdu dans ses songes, comme venant de réaliser ce qu'il venait de se passer. Alors qu'elle portait cette pièce d'identité moldue, il avait jeté le reste, sauf quatre... celles que les Dearborn lui avaient donné... Une de son père, une venant des vieux, Ylda et Amerawdr, et une fausse, avec le nom d'Askeladd... Il les garderait, parce qu'il se sentait profondément lier avec eux... Même s'il ne le devait pas. Pour éviter que la Serdaigle ne les voit, il les rangea dans sa sacoche derrière son dos, vers ses hanches...

Ce fut à ce moment précis que la Quatrième Année lui redonna sa nouvelle identité. Il la prit avec attention, et avec une lueur étrange dans ses yeux... Une forte détermination...

Se fichant de la douleur de sa main droite, il prit la baguette en poigne de loup, et la pointa vers les autres papiers, qui traînaient au sol. Sans aucune parole, il y mit le feu. Au moins, ça pouvait réchauffer un peu les deux élèves, malgré l'humidité de dehors. Bien évidemment, il serait étonnant de voir débarquer, à ce moment précis, Rusard. Ce vieux Cracmol grincheux n'allait pas vérifier s'il y avait quelqu'un dans la volière... Il était complètement débile...

"Que penses-tu de mon choix, alors ?"
"A partir de maintenant, je serai Rutsuku Fushin."

Sur ses lèvres se trouvaient, pour la première fois, un vrai sourire, tel qu'il n'en avait plus fait depuis des années. Oui, pour la première fois depuis une dizaine d'année, il était heureux. Il ne pouvait pas décrire ce moment, tellement que c'était intense en émotions. Si bien qu'il ne se posa même pas la question du : pourquoi Sarah ? Pourquoi avait-elle eu l'honneur de lui choisir son identité.
Mais, peut-être qu'un jour, il aura la réponse... Un jour où tout sera plus clair pour lui...

Il était heureux à tel point qu'il avait levé ce papier administratif au-dessus de lui, comme s'il venait de gagner quelque chose de précieux. Mais, ça l'était, pour lui...
C'était une chose qu'il pourrait dire avec fierté. Surtout s'il rencontrerait son père adoptif, dans l'autre monde.

Rutsuku aurait voulu la remercier, mais il ne savait pas comment. Il n'arrivait jamais à dire un simple mot, que ce fusse des excuses ou des remerciements.
Cependant, comme d'habitude, il fit un petit hochement de la tête, pour exprimer ce fait.
Revenir en haut Aller en bas
http://novaslash.free.fr/sher/
Sarah Mikltov
Cendre de Lune
4eme Année

Cendre de Lune  4eme Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 192
Age : 25
Date d'inscription : 16/08/2008

Fiche Du Personnage
Race: Humaine.
Pouvoirs: Sixième sens surdéveloppé.
Biographie:

MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   Mer 18 Aoû - 17:10

La bonne humeur de Sarah ne se reflétait pas énormément sur Rutsuku mais ça lui était égal. C'était mine de rien agréable de le voir ainsi différent. Il pleuvait, il faisait nuit, la lumière tamisée des murs n'était pas très accueillante, mais Sarah pouvait lire un sentiment différent chez lui. Alors qu'il observait cette simple carte, simple fiche d'identité, elle le pensait presque apaisée. Peut-être qu'en premier lieu, tout ce qu'il avait vraiment besoin, c'était d'une base, une base stable et clair, un nom. Une identité qui serait sienne officiellement, le nom avec lequel il se présenterait, ce qu'il dirait lorsqu'on demanderait qui il était ou comment il s'appelait. C'était bon d'avoir un nom pour soi, un nom qui nous plaisait, et Sarah comprenait, juste en voyant combien il semblait différent, qu'elle avait fait le bon choix parmi tout ceux présent. Rutsuku Fushin, c'était parfait.

Son regard émeraude, camouflé sous une frange nécessitant peut-être une petite coupe, ne quittait pas encore la fiche. Il aurait été trop expressif, ça aurait put tourner à un drame tout ça, mais heureusement, ce n'était pas son cas. Non, il était simplement heureux. Sarah l'ignorait mais c'était la première once de bonheur qu'il ressentait depuis fort longtemps maintenant. Et le voir ainsi la rendait elle-même heureuse. Elle avait le sentiment de fierté d'avoir permit à ce Serpentard d'avancer un peu. Elle avait l'impression de jouer un grand rôle, d'être importante. Cette sensation donnait envie de sourire et elle ne se retint pas alors qu'il lui disait qu'à partir de maintenant, il était donc Rutsuku Fushin. Le sourire de Sarah grandit. Elle hocha de la tête comme pour confirmer. Oui maintenant, il avait un nom à lui, c'était son identité et personne ne viendrait la lui dérober.

L'élève conserva encore quelques feuilles, ou cartes, qu'il désirait garder avec lui. Sarah ignorait lesquelles c'était mais s'il voulait les garder, alors il y avait certainement une raison personnelle. Ça devait lui tenir à cœur de les garder précieusement. Ah ! Pour quelqu'un qui estimait ne pas avoir de cœur, c'était presque ironique de faire usage de cette expression. Il les rangea, mais Sarah devina ce qu'il allait faire des autres. Il comptait s'en débarrasser.

Rutsuku avait jeté les papiers au sol, comprenant qu'ils étaient maintenant inutiles. De sa main blessée, il prit la jolie baguette que Sarah avait trouvé dans la salle où elle l'avait soigné la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Sarah en suivit le mouvement et sursauta un peu en voyant une gerbe de flammes exploser juste à côté d'elle, embrasa les fiches d'identités dans un brasier soudain. Sarah regarda danser les flammes éphémères alors que leur chaleur lui caressait le visage avec douceur. C'était agréable et elle sourit un peu en se disant que ça faisait un énorme contraste avec la pluie qui tombait encore dehors, derrière eux, hors de ce pseudo-abri. Lorsqu'elle tourna son regard vers Rutsuku, elle fut tout simplement étonnée. Il souriait. Vraiment. Tout d'abord, aucune expression ne se lut sur le visage de la Serdaigle, mais lentement, un sourire des plus francs naquit.

Il hocha de la tête. Remerciement silencieux.

" De rien. Je ferais n'importe quoi pour revoir un sourire comme celui-là. "

Elle savait bien qu'il avait beaucoup de mal à dire merci. Mais ce n'était pas vraiment ce qui l'embêtait. Elle n'allait pas non plus le forcer à lui dire merci. Maintenant, elle aurait put lui demander pourquoi c'était avec elle qu'il faisait tout ça, pourquoi c'était elle qui avait eu le privilège de le voir vraiment sourire. C'était si beau à voir, si relaxant. C'était un peu comme voir un animal aussi dangereux qu'un lion être entrain de dormir. Oh oui c'était bien mignon, c'était attendrissant, mais s'il se réveillait… hm ! Gare à celui qui se trouvait pas loin de son déjeuné. Enfin ce n'était pas réellement la même chose. Pour Sarah, c'était bien différent mais avec cette comparaison, on comprenait un peu ce qu'elle était susceptible de ressentir maintenant, en le regardant. Il souriait, il était heureux, pour la première fois devant Sarah, il daignait se montrer vraiment.

Non, elle n'était pas aveugle… elle avait vu sa main blessée mais elle se doutait que ce n'était pas du tout le moment de le couper net en lui disant qu'il avait une main terriblement meurtrie et qu'il faudrait soigner ça. Sarah avait bien comprit qu'il n'aimait pas trop qu'on le soigne, voire même qu'on le touche, si bien qu'elle n'osait plus maintenant. Une goutte d'eau froide la ramena à la réalité encore une fois. Il pleuvait toujours… oh et elle avait mal à la tête tout d'un coup. Peut-être ne serait-il pas mauvais de rentrer ! Mais elle ne voulait pas rentrer, elle ne voulait pas casser ce moment d'un coup de pioche. Elle voulait rester encore un peu. Juste un peu, deux minutes, peut-être dix ? Sarah se sentit aussi têtue qu'une fillette de six ans demandant à ne pas aller au lit. Pourtant, elle frissonna. Non, elle devrait sans doute aller dans un bon bain chaud mais… L'envie n'y était pas.

C'est alors qu'elle crut entendre des bruits de pas. Elle pivota sur elle-même mais ne vit évidemment personne puisque les bruits de pas qu'elle avait entendu ne venaient pas d'un parterre d'herbe ou de terre mouillée mais bien d'un parquet ou de pierre. Sans doute était-ce Rusard. Peut-être que l'utilisation d'un sort ou le crépitement des flammes l'avait éventuellement attirer. Il avait des oreilles horribles ce type ! Enfin elle ne savait pas si c'était lui mais autant prévenir que guérir, puisque c'était le bruit d'une chaussure qu'elle avait entendu et pas simplement le pas las d'un animal par exemple. Ça n'avait rien à voir avec un chat ou un chien.

" Aguamenti. "

Le feu, encore alimenté par la magie, s'éteignit rapidement. D'un coup de baguette, Sarah fit disparaître les cendres qui restaient des feuilles. Pour l'odeur, elle allait devoir laisser la nature s'en occuper. La poisse. Maintenant ils devaient partir mais elle ne savait pas où. Elle vit Miss Teigne se pointer et manqua de jurer en se disant qu'elle avait donc raison, ce fouineur de Cracmol était là. Ce n'était pas parce qu'elle était respectueuse des règles qu'elle allait gentiment se rendre ! Et elle ne voulait pas que Rutsuku se prenne encore de la merde, surtout à cause d'elle. Les pas lents et las de Rusard se rapprochaient alors qu'il demandait à Miss Teigne ce qu'elle avait entendu. Pas de temps à perdre. Dès que Rusard se pointa le bout du nez, Sarah pointa sa baguette dans sa direction et lança un sort qui serpenta jusqu'au concierge pour l'aveugler subitement.

Il se mit à grommeler des injures en disant qu'ils allaient les attraper mais Sarah eu un sourire espiègle avant de faire signe à Rutsuku d'y aller. Elle le suivit et regarder Miss Teigne qui cracha sur elle. Sarah lui répondit d'un "Pcht !" ayant pour but évident de la faire dégager avant de continuer son chemin. Le sort du Conjonctivis ne durait pas aussi longtemps qu'on pouvait le penser si bien qu'elle se dépêchait. Elle grimpa les escaliers deux à deux et arriva finalement au même niveau que Rutsuku. Rusard était encore entrain de se plaindre. Sarah en profita pour passer dans la porte et se retrouva dans un long couloir. Elle pesta en cherchant une salle où ils pourraient se cacher. Rusard se rapprochait encore en disant qu'il allait les choper, ces merdeux.

Ils grimpèrent plusieurs escaliers mais Rusard ne semblait pas lâcher l'affaire. Il leur disait qu'ils pouvaient toujours fuir, mais qu'il les chopperait quand même. Mais il était pas chiant tien ! Les personnages dans les tableaux les dévisageaient d'un air presque sévère. Sarah continuait de suivre Rutsuku jusqu'à ce qu'ils atteignent le septième étage, qui n'était pas très loin de la tour de Serdaigle d'ailleurs. Sur le mur face à une tapisserie étrange, une forme se creusa. Bientôt, Sarah devina l'image d'une porte à motifs. Elle était spectaculaire, et énorme. Mais pas le temps de réfléchir.

" Pas le temps de chercher à comprendre je pense bien. Là-dedans alors. "

Revenir en haut Aller en bas
http://requiem-of-fantasy.forumactif.us/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Refuge Ailé [Privé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Refuge Ailé [Privé]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Libris Umbra : le RPG dessous l'histoire de Harry Potter :: Poudlard :: La Volière-
Sauter vers: